ArtemisNews

La police a failli défoncer ma porte pour supprimer la liberté d’expression – Allemagne

Plainte:

“Date : 23/02/2021

Objet : Accusations pénales

1. La tentative de vol § 244 avec des armes ; vol en bande; cambriolage à domicile

2. § 302 StGB Abus de pouvoir officiel

3. Article 240 Contrainte

4. Section 187 Diffamation 5. Section 185 Insulte

Mesdames et Messieurs,

Je dépose par la présente une plainte pénale contre la police de Stuttgart pour tentative de vol avec arme en vertu de l’article 244 du code pénal ; Vol en bande, cambriolage à domicile. Et § 302 StGB abus de pouvoir officiel. et déposer une plainte pénale pour toutes les infractions possibles.

Ceci est basé sur les faits suivants :

Le 22 février 2021 à 12h40, j’ai remarqué que la police de Stuttgart a tenté de forcer la porte de mon appartement au Staibenäcker **, 70188 Stuttgart (A****1er étage). Il n’y avait pas de mandat de perquisition judiciaire ni de danger imminent. La voisine a seulement appelé la police parce qu’elle voulait arrêter une lecture audio dans mon appartement qui jouait au volume de la pièce et ne troublait pas la paix. La seule chose qui la dérangeait était le contenu textuel du fichier audio. Je ne peux pas dire qui sont les policiers. La voisine qui a signalé cela était Mme **** Gerwin, Staibenäcker **, 70188 Stuttgart. Elle habite en face de moi au 1er étage.

Je craignais pour ma vie, car les voisins laissaient régulièrement la police m’insulter et me calomnier comme “folle” et dans le cas de Maria R. de Berlin Friedrichsdorf, j’ai lu dans les médias que la police avait été abattue dans sa chambre, qui avait également utilisé la force pour entrer.

 Je vois donc la tentative d’enfoncer ma porte ou la menace de frapper à ma porte et de sonner fort pendant plusieurs minutes comme une tentative d’atteinte à ma liberté personnelle, à l’inviolabilité de mon appartement selon l’article 13 GG et à ma liberté d’expression selon à l’article 4 GG. Les voisins Mme **** Gerwin, Mme Heike Hauschke, M. Felice Civale, M. Wolfgang Geyer (invité et partenaire de Mme Heike Hauschke) tous vivant à Staibenäcker **, 70188 Stuttgart, veulent m’imposer leur volonté avec cet arbitraire .

Je suis contraint de le faire de différentes manières : je suis censé supprimer mon blog Internet (artemisnews.de) et modifier ma fenêtre de démonstration.

La police de Stuttgart Est a déjà participé à des demandes d’intimidation concernant la fenêtre et m’a insulté à la porte de mon appartement comme “fou” et notamment “à cause de leurs affiches folles là-bas” (citation). 28/03/2020.

Cependant, j’apporte la preuve d’une tentative de vol en vertu de l’article 244 avec des armes ; vol en bande; Cambriolage selon § 244 StGB et § 302 StGB Abus de pouvoir.

Il y a un soupçon que le voisinage de la maison a accepté de me diffamer par le biais d’opérations policières (§ 187 diffamation) et de tuer ma réputation. Ils se sont mis d’accord pour me traiter régulièrement de “fou” (injure § 185) devant la police et cela constitue le délit de diffamation et d’atteinte à la moralité. Cela m’a déjà été signalé par Mme Rögner du siège de la police de Stuttgart, poste de police 5, Ostendstrasse, 70188 Stuttgart. Une vidéo et quelques photos sont disponibles à titre de preuve, pour lesquelles j’ai donné à Mme Rögner les liens internet.

Je soumets par la présente les preuves suivantes :

J’ai filmé les coups à ma porte avec un marteau et un burin dans le but de crocheter la serrure et je joins un dossier à cet effet. Je n’ai trouvé aucun dommage à la porte. Mais il y a atteinte à ma dignité humaine selon l’art 1 GG, puisque les voisins m’envoient constamment la police pour m’humilier dans le quartier et lancer une campagne d’image négative contre moi. Je les ai entendus dire cela depuis les appartements voisins.

Je devins moi-même témoin à travers le judas. J’ai remarqué que la serrure avait été crochetée brièvement, mais je l’ai immédiatement refermée de l’intérieur.

Sur la vidéo, vous entendez la sonnerie et le cognement de la fissure et vous voyez les deux policiers en service.

L’acte a eu lieu le 22 février 2021 à 12h42 dans la maison Staibenäcker ** au 1er étage à la porte de mon appartement (*********************).

Veuillez regarder les vidéos ci-jointes suivantes.

Les vidéos sont sur une carte Micro SD de 32 Go, je rajoute un adaptateur. S’il vous plaît ne les perdez pas.

1. La police essaie de défoncer la porte à cause de l’opinion
2. La police essaie de défoncer la porte à cause de l’opinion2
3. La police essaie de défoncer-la-porte-à-cause-de-l’opinion3

Je vous demande donc d’ouvrir une enquête et de m’informer du résultat de l’enquête.

Cordialement
Stuttgart, le”


La seule répoLa seule réponse que j’ai reçue pour cette annonce était qu’elle n’était pas crédible.

Au lieu de cela, j’ai été condamné à une amende pour avoir fait un bruit assourdissant. 2 jours avant l’arrivée de la police. D’après les déclarations des voisins. Ils appellent cela “propagande – bruit” Sur les vidéos, vous pouvez clairement entendre qu’il n’y avait pas de bruit, mais le volume de la pièce, mais je suis menacé par la police pour avoir écouté des fichiers dans mon propre appartement, harcelé et condamné à une amende pour mon opinion. Les jours supplémentaires qu’ils calculent pour les amendes sont pour le dimanche donnant une amende plus élevée. C’est comme ça qu’ils m’ont escroqué de l’argent. Ils n’ont pas accepté mon objection, mais ont saisi environ 70 € avec la menace d’emprisonnement.

Beaucoup de mes vidéos de preuves sont supprimées d’Internet, censurées par la justice ou toutes à la fois.

La justice a fait retirer 3 de mes vidéos d’internet, prouvant qu’un voisin m’incitait à être “fou” et voulait m’arrêter illégalement avec la police et me faire interner dans un service psychiatrique. À cette fin, il appelle la police à chaque occasion et prétend qu’ils devraient me demander si je suis fou ou si j’ai besoin d’un médecin. Le parquet a rejeté mon accusation de harcèlement et de diffamation comme “sans preuve crédible”. La preuve a été censurée sur Internet par le tribunal de district de Stuttgart, au motif qu’il s’agit d’un droit d’auteur artistique des personnes qui peuvent être vues sur le vidéos et elles ne doivent pas être exposées sur Internet.

La police et les voisins se sont mis d’accord pour m’appeler alternativement “fou” et ensuite simplement me sortir de l’appartement la nuit et me faire admettre dans un service psychiatrique. Les voisins disent que je devrais être forcée d’aller à l’église là-bas, mise enceinte et torturée. La police était à la porte avec un médecin militaire à cause de la diffamation de mes voisins. Un homme du Bureau de l’ordre public était là, ils voulaient me briefer. Ils voulaient me tester “sur ma santé” et si j’étais “dangereux pour moi et les autres”. J’ai assuré à l’homme dans des dizaines de courriels que je n’avais pas de maladie mentale, mais que j’avais été victime d’une diffamation. Il s’en fiche. Tout ce que je dis n’a pas d’importance pour la police.Tout a été déclenché par le fait que j’ai raccroché une affiche sur laquelle on pouvait lire : “Pas de fascisme Merkel” depuis lors, la police a voulu m’arrêter, prétendant que je suis un malade mental, puisque je ne suis pas officiellement autorisé à être arrêté à cause de l’affiche.